Céréanov, l'activité Innovation Produits Céréaliers du CTCPA

Loading...
PRESSE2019-08-29T15:57:16+01:00

Un extrait de l’émission E=M6, diffusée le 27 janvier 2019.

Florence Parrat, ingénieure et chef de projet spécialisée dans les produits céréaliers a répondu aux questions de conservation des biscuits et madeleines dans différents emballages.

Tournage réalisé avec et dans les locaux d’Oniris Nantes.

Témoignages

Articles

Septembre 2016 – PROCESS – N°1339 – page 66

Quand on retire la farine de blé, il faut tout d’abord remplacer la part pulvérulente. On utilise une farine ou un amidon de maïs, de riz, de pommes de terre, de sarrasin, de quinoa, de légumineuses… L’absence de protéines implique une perte de liant et un squelette moins solide, ce qui donne des produits plus friables. D’autres protéines peuvent être intégrées pour capter l’eau, donner de la structure et de la consistance. Citons les protéines de lait, de blanc d’œuf, mais aussi de pois, de pommes de terre, de lupin… Pour la rétention d’eau, les fibres ont tout leur intérêt.

Septembre 2015 – PROCESS – N°1328 – page 74

La biscuiterie Védère, spécialiste des produits moelleux, s’est dotée d’une gamme biscuits secs en faisant appel à l’expertise du CTCPA. Pari réussi. (…) Le coût de revient a été optimisé en deux temps. D’abord au niveau des ingrédients : choix des matières grasses, quantité et type d’inclusions. Puis dans un deuxième temps, au niveau du coût de main d’œuvre grâce à l’opération collective « productivité/lean » fin 2014. Un audit a permis de mettre en évidence les goulots d’étranglement des lignes et d’optimiser le fonctionnement global.

Janvier 2010 – PROCESS – N°1266 – page 30

Quel que soit l’outil de cuisson, le moyen le plus rapide de rationaliser sa consommation d’énergie est de passer par un audit. Il permet de valider ou corriger in situ et sur les produits de l’usine, les réglages de cuisson. C’est que propose le CTCPA en collaboration avec le Cetiat. Les experts dressent un cartographie de température et d’hygrométrie ainsi qu’un bilan énergétique.

Décembre 2009 – RIA – N°707 – page 49

Un diagnostic a été effectué afin de cibler les postes de consommation et de suivre l’évolution du produit pendant la cuisson. On a interrogé également les opérateurs pour connaître comment ils menaient la conduite des fours. Différentes préconisations ont donc été élaborées à partir de ce bilan. La première d’entre elle concerne un rééquilibrage de la chauffe entre la sole et la voûte. On avait plus de brûleurs allumés en voûte qu’en sole. En modifiant cette répartition, on a déjà gagné en énergie.